L’escalade promet toujours une expérience grisante!

Catégorie
Partager
  1. Le bloc en salle – escalade libre
  2. Escalade sportive indoor avec corde
  3. Mur d’escalade Bloc à Bulle – L’entrepôt 
  4. Salle de bloc Fribourg – Le Hangar
  5. Un autre style d’escalade, au Moléson

L’escalade est une pratique sportive qui a le vent en poupe. Depuis plusieurs années de nombreuses nouvelles salles de grimpe ont ouvert leur porte en suisse romande et Fribourg Région n’est pas en reste.

En escalade libre ou encordée, plusieurs infrastructures permettent aux débutants comme au grimpeurs confirmés de s’adonner à leur sport de prédilection. Bulle, Givisiez et Fribourg se partagent cinq salles aux arguments qualitatifs variés avec des voies adaptées à toutes les envies et niveaux.

Le bloc en salle – escalade libre

Le nœud de huit vous tourmente, le rappel vous angoisse et vous enfilez systématiquement le baudrier à l’envers? L’escalade libre est faite pour vous, puisqu’elle consiste à gravir une paroi sans corde. Oubliées les techniques d’assurage et les cordes qui s’emmêlent, seule votre volonté vous portera.

Le Hangar à Fribourg, L’Entrepôt et le Dbloc à Bulle, sont des salles de grimpe exclusivement dédiées à cette pratique. L’escalade libre aussi appelée la grimpe en bloc est un excellent moyen de tonifier son corps, d’améliorer son explosivité et de renforcer son mental. Ce style d’escalade permet également d’apprivoiser son vertige, et d’apprendre à tomber sans se blesser. Le plus grand avantage de cette discipline en salle est de pouvoir s’exercer tout au long de l’année, peu importe la météo.

Un bon échauffement et un choix de voies adaptées à sa condition limitent les risques de blessures. D’une hauteur maximale de 4,5 mètres, les chutes sont amorties par des matelas disposés au pied des murs. Ce style d’escalade facilite l’expérimentation de la grimpe puisqu’elle ne demande aucun matériel spécifique si ce ne sont des chaussons d’escalade. Une bonne dose de courage et un minimum de condition physique feront le reste.

Certains ne pratiquent que les voies de bloc tandis que d’autres aiment varier les plaisirs et complètent leur pratique avec l’escalade encordée en intérieur et/ou en extérieur. Toutes les approches sont complémentaires et chacune d’entre elles connaît ses avantages et ses inconvénients.

Escalade sportive indoor avec corde

Laniac à Bulle, le Bloczone à Givisiez et le mur d’escalade de la Porte de Morat sont les salles d’escalade classiques de Fribourg Région. Cette pratique sportive réclame un minimum de connaissances et une concentration en toute circonstance afin d’écarter les dangers en lien avec le système d’assurage.

Que ce soit en duo avec un assureur ou seul grâce à l’auto-assurage, il est essentiel de rester extrêmement présent à ce que l’on fait afin d’éviter les imprudences ou les maladresses qui peuvent être dangereuses dans les salles de grimpe.

Un cours de grimpe pour mieux comprendre 

Pia, monitrice d’escalade JS 3 donne régulièrement des cours en intérieur à la salle Bloczone de Givisiez. « L’erreur la plus fréquente du débutant est de surestimer ses capacités mais également de prendre de mauvaises habitudes dès le départ. » Une théorie affirme qu’il faut 3000 répétitions d’un bon geste pour l’intégrer et dix fois plus pour perdre un automatisme erroné.

C’est certain, un cours de découverte avec un.e moniteur.rice ne sera pas du temps perdu. 

Salle Bloczone de Givisiez propose également un bloc © Mélanie Rouiller

Pia conseille « de ne pas être trop gourmand ». Vouloir grimper directement des voies difficiles sans prendre le temps de s’échauffer sur un parcours plus aisé n’est bon ni pour le corps, ni pour l’esprit. En accumulant des mouvements accessibles sur des voies simples, notre cerveau enregistre énormément de transitions qui lui seront utiles par la suite.

« C’est une sorte de bagage que l’on se crée et dans lequel on accumule des expériences utiles pour une prochaine ascension. La mémoire musculaire est également très importante. Faire le geste jusqu’au bout même si on n’atteint pas la prise permet petit à petit de faire comprendre à son corps et son mental que c’est faisable » ajoute Pia.

Les cotations en escalade

Pas de secret, en escalade et en bloc il faut « bouffer de la prise » pour s’améliorer rigole-t-elle. Hommes et femmes, de grande ou de petite taille, tout le monde a la possibilité de trouver les combinaisons les mieux adaptées à sa morphologie.

Un enfant dénichera des prises qu’un adulte ne verra même pas, pour cette raison les cotations ne sont qu’à prendre à titre indicatif. De plus, chaque salle d’escalade instaure sa propre manière d’évaluer ses murs de grimpe, avec des couleurs ou des chiffres. 

Pia explique encore: « Il faut se méfier des cotations. Elles diffèrent énormément des murs de grimpe en intérieur par rapport aux parois à l’extérieur. Nombreux se sentent déstabilisés lors de leur première sortie en pleine nature. » 

En effet, en falaise, d’autres éléments entrent en ligne de compte. La température, le vent, la sensation de vertige mais surtout l’absence de chemin tout tracé comme c’est le cas en salle. Pour ces raisons, l’ascension en extérieur s’en trouve nettement plus ardue et aléatoire.

Ce sont deux sports différents. Si au départ l’escalade en salle était un moyen de s’entraîner tout au long de l’année, c’est aujourd’hui une pratique à part entière, puisque certains adeptes ne se rendront jamais en montagne et que cela leur convient parfaitement.

Au bloczone de Givisiez trois pans de murs imitent la roche, ils donnent de bonnes sensations de ce que peut procurer la grimpe en extérieur, aux Gastlosen par exemple! Sur cette voie les pieds peuvent trouver des appuis dans une fissure ou sur un « gratton ». Les prises colorées ne sont pas les seules options.

Grâce à l’oeil aguerri de Pia et à sa fine connaissance de la grimpe, la montée est soudainement plus aisée. Un seul re-positionnement judicieux des jambes permet parfois de trouver la solution et d’atteindre son but avec moins d’effort.

Effacer ses traces de grimpeurs

Dans les salle d’escalade les prises sont régulièrement nettoyées, en montagne c’est à chaque grimpeur de le faire. Pia souligne l’importance de cette éthique du grimpeur en extérieur. « Les prises sales deviennent trop glissantes et la voie perd alors tout son charme. Je trouve important de se responsabiliser. La voie ne m’appartient pas et je la laisse comme je l’ai trouvée, en effaçant mes traces. » 

Les spécificités de l’escalade de bloc 

La pratique du bloc est particulièrement ludique et convivial. Il est tout à fait courant que des grimpeurs qui ne se connaissent pas s’entraident pour résoudre un tracé. Chacun apporte son expérience et encourage l’autre.

Une voie est officiellement atteinte lorsque que seules les prises de la même couleur ont été utilisées. En bloc certains tracés débutent officiellement assis par terre, mais si vous n’y arrivez pas personne ne vous en tiendra rigueur!

Le positionnement des jambes, des épaules, des bras, des doigts et même le rythme des mouvements ont leur importance. L’exercice n’est en fait pas si éloigné de la danse. Les hanches pivotent sous les remarques et encouragements des amis et l’ambiance est toujours bon-enfant.

Mur d’escalade Bloc à Bulle – L’entrepôt 

La salle d’escalade L’entrepôt située dans la zone industrielle de Bulle est particulièrement chaleureuse. Un restaurant branché y accueille à la fois une clientèle sportive, les ouvriers du quartier mais aussi des étudiants et les familles. Le décor en bois contraste idéalement avec l’atmosphère de cette ancienne usine. Ses burgers accompagnés de frites maison et ses brunchs du dimanche connaissent un grand succès.

Installé à la table du restaurant, il est possible, grâce à un mur vitré, de garder un oeil sur les prouesses des grimpeurs. La salle de bloc de 1000m2 comporte plus de 150 voies. Les débutants s’échauffent contre les parois situées sur les murs de grimpe intérieurs du module central. Ici les difficultés sont réduites et conviennent tout particulièrement à un premier essai. 

Tous les niveaux se côtoient, chacun y trouve ses propres défis. N’hésitez pas à demander, les grimpeurs chevronnés sont toujours heureux d’aider les nouveaux venus. 

Salle de bloc Fribourg – Le Hangar

La nouvelle salle située en ville de Fribourg à une centaine de mètres de la gare propose elle aussi 1000 m2 de surface de mur d’escalade et environ 20 nouveaux blocs chaque semaine.

Le Hangar-bouldering est baigné d’un agréable éclairage naturel grâce aux puits de lumière de cet ancien atelier des TPF. Cet espace est prolongé par un bar au design soigné très apprécié, notamment par les étudiants de la ville universitaire de Fribourg.

L’escalade en bloc dans la nature

Le bloc peut également se pratiquer en pleine nature. Il est alors nécessaire d’emporter avec soi un matelas aussi appelée crash pad. Certains modèles bénéficient de sangles permettant de porter le matelas comme un sac à dos. Bien choisir son matériel est aussi important que de trouver l’endroit idéal. Un plan détaillé vous donne des pistes, bonnes découvertes!

L’entrée de l’escalade aux prochains jeux olympiques!

L’escalade sera présente aux prochains jeux olympique à Tokyo en 2021. Trois disciplines ont été sélectionnées:

  1. Difficulté: Chaque athlète grimpe en tête (en clipsant la corde au fur et à mesure qu’il monte) sur un mur de plus de 15 mètres de haut. Les grimpeurs ont six minutes pour atteindre le sommet ou se hisser le plus haut possible sans chuter.
  2. Bloc: Les concepteurs de parcours créent un circuit de trois blocs dont chacun présente des défis particuliers, le tout sur un mur de quatre mètres de haut. Chaque athlète dispose de quatre minutes pour compléter chaque bloc et est noté en fonction de la distance parcourue ou du nombre d’essais qu’il lui a fallu pour le compléter.
  3. Vitesse: L’épreuve de vitesse est une course verticale sur 15 mètres. Deux concurrents s’affrontent sur un parcours homologué, le plus rapide gagne. Les « speed walls » sont standardisés dans le monde entier et comptent le même nombre de prises situées aux mêmes emplacements.

Le Psycho Bloc est une quatrième discipline, fun et particulièrement impressionnante elle se pratique sur un mur d’escalade en dévers au-dessus de la mer ou d’une piscine. 

Un autre style d’escalade, au Moléson

Quittons les salles de grimpe pour affronter les parois verticales du Moléson. Le vide ne vous effraie pas? Les via ferrata du Moléson sont faites pour vous. À pied depuis la buvette du Gros Plané ou arrivés avec le funiculaire au départ de Moléson village, tout débute à la station intermédiaire de Plan-Francey (1527 mètres d’altitude).

Demandez le forfait Ferrata-combi (location de matériel, parcours, remontées mécaniques). Il est possible de louer l’équipement nécessaire (baudrier, longe, casque et gants) directement à Plan Francey. 

Soyons honnêtes

Il faut le dire, tous ne goûtent pas aux joies des vias ferrata. Cette escalade ne demande pas de grandes connaissances techniques, mais nécessitent une bonne condition physique et une excellente endurance. Il est essentiel de ne pas souffrir d’acrophobie et d’avoir suffisamment de force dans les bras et les jambes afin d’apprécier cette ascension en échelle.

L’approche au départ de Plan Francey dure environ trente minutes. Attention! Par temps humide le terrain est particulièrement glissant. Le départ de la voie bleue -Le Pilier- et la voie rouge -La Face- se situe au même endroit.

Via Ferrata, Le Pilier ©Mélanie Rouiller

Ne jamais tenter la voie rouge si vous n’avez jamais testé de via ferrata. La Face est une ascension très physique, particulièrement aérienne et gazeuse qui s’adresse uniquement aux grimpeurs initiés.  

Les assurances ne remboursent pas l’hélicoptère pour des problèmes d’égo, adaptez donc le parcours à vos compétences et connaissances de la montagne, votre plaisir en sera décuplé. Une surévaluation des capacités peut engendrer beaucoup de déconvenus pour vous et les autres.

Le Pilier comporte à la fois des surplombs impressionnants et des traversés vertigineuses. Comptez plus ou moins deux heures pour atteindre le sommet (372 mètres de dénivelé). À mi-parcours, un replat herbeux est l’occasion de reprendre ses forces, une barre de chocolat n’est pas de refus!

Pause dans le vide, Le Pilier © Mélanie Rouiller

Matériel 

Mis à part le baudrier, les deux longes et le casque, une bonne paire de chaussures de randonnée assure une expérience agréable. Certains apprécieront également une paire de gants coupés donnant une meilleur prise sur les échelons.

Paysage depuis la voie bleue, Le Pilier © Mélanie Rouiller

Cette montée vertigineuse donne quelques sueurs froides et les muscles ont bien travaillé. Heureusement la roche laisse maintenant place au pâturage. Un dernier effort le long de la crête est le plus important arrive enfin, le sandwich ô combien réconfortant!

Façonnez-le selon vos goûts, vous trouverez les fameux produits du terroir au marché de Bulle et si vous en avez la possibilité, passez au Four de l’Adde à Cerniat, des pains et des gâteaux exceptionnels n’attendent que vous!

Prenez le temps de la dégustation adossés à la croix du sommet du Moléson ou confortablement installés sur la terrasse autorisée au picnic du restaurant Le Sommet. Ici ou là-bas, la vue reste inégalable.

Soyez le premier à écrire un commentaire

Poster un commentaire

Catégorie
Partager

Articles populaires

randonnée

Une randonnée parfaitement réussie

chocolat

Le chocolat, ce charmeur!

fromage

Confiture de cerises et fromage d’alpage

Verrière de Mézières, Artiste Yoki

Et la lumière traverse le vitrail!

Le Moléson, une montagne de plaisir!

Mont Vully…mon Vully

Inscription au blog

Chaque nouvel article vous sera envoyé dans votre boîte email